C’est un peu compliqué d’être l’origine du monde. C’est le titre de la pièce que je suis allée voir il y a quelques semaines. Écrite et jouée par Les Filles de Simone.

 —
Depuis le test de maternité jusqu’à la crise de charge mentale, c’est un cocktail non censuré de réflexions autour de la maternité. Le désir d’être mère, une certitude si fragile, les angoisses de la femme enceinte puis de la jeune mère, ce rôle fantasmé et la publicité mensongère qui en est faite, la combinaison impossible mais nécessaire entre vie active et vie privée, le rapport au corps irrémédiablement modifié, la peur d’échouer… Tout y passe.
  —
Je vous propose ici un extrait de la version papier de la pièce, éditée chez Actes Sud, ainsi que la vidéo teaser.
  —
Place au dernier regard.
  —
« Chez la psychanalyste.
  —
LA JEUNE FEMME. […] Suis-je donc seule à ne pas pouvoir faire comme ça? A ressentir surtout une liste de désagréments longue comme un cordon ombilical? Et tout ce qui mijote dans ma marmite mentale… Pourquoi cette colère, ce sentiment d’un deuil à faire? C’est la vie qui s’en vient et je ne pense qu’à ma liberté, mon temps pour moi, mon droit à l’ambition que j’ai peur de vori s’en aller. Suis-je si égoïste? Une sorcière? Une déjà « mauvaise mère »?
  —
LA PSYCHANALYSTE. Qu’est-ce que vous entendez véritablement par « mauvaise mère »?
  —
LA JEUNE FEMME. Eh bien… Une mère… Une mère qui… Qui… Fait des mauvais choix, des erreurs. Qui projette sur son enfant ce qu’elle n’a pas pu faire, pas pu être, pas réussi… Une mère qui veut bien faire, trop bien faire. Une mère qui pense pour son enfant. Une mère qui pense pour elle, qui pense trop à elle. Qui… Qui s’oublie trop. Qui n’a pas confiance. Qui croit tout savoir mieux que soi. Une mère qui ne sait pas. Une mère qui n’est pas assez présente. Qui est étouffante. Une mère qui… Une mère trop… Je ne sais pas. Ca n’a pas le choix. C’est toujours jamais comme il faut. Enfin une mère… Il n’y a pas pire qu’une mère. (Murmure interessé – néanmoins bienveillant – de la psychanalyste.) Non enfin ce que je veux dire c’est… C’est qu’une mère c’est… Être une mère c’est ce qu’il y a de pire non ? »
  —
  —
C’est un peu compliqué d’être l’origine du monde par la compagnie Les Filles de Simone. Dates des représentations sur ce lien

Retrouvez les deux premiers regards de ce cycle :
Regards : (Être ou) ne pas être mère (1/3)
Regards : (Être ou) ne pas être mère (2/3)

Un commentaire sur « Regards : (Être ou) ne pas être mère (3/3) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s